Nouvelle acquisition : Le pouvoir des listes au Moyen Âge. III, Listes, temps, espace

ANDRIEU Éléonore (dir.), CHASTANG Pierre (dir.), DELIVRÉ Fabrice (dir.), MORSEL Joseph (dir.), THEIS Valérie (dir.)
Le pouvoir des listes au Moyen Âge. III, Listes, temps, espace
Paris : Éditions de la Sorbonne, 2023, 458 p.
Collection Histoire ancienne et médiévale ; 191
ISBN 979-10-351-0866-3

C 1552-3

Résumé éditeur :

Les listes constituent une forme d’écriture très présente dans les textes du Moyen Age, quels que soient leur nature et leur genre. Cette forme syntaxique, graphique et sémantique singulière a été l’objet d’une enquête collective menée dans le cadre d’un programme interdisciplinaire de recherche intitulé “Pouvoir des listes au Moyen Age” (Polima), qui a bénéficié du soutien de l’ANR. Trois volumes collectifs rassemblent les études de cas issus des ateliers organisés dans le cadre de ce programme. Ils explorent les usages sociaux de cette forme d’écriture dotée de pouvoirs pragmatiques, poétiques et cognitifs. Ce troisième volume rassemble les actes de deux rencontres scientifiques organisées à Madrid (Casa de VelÆzquez, 5-8 juillet 2017) et Paris (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 9-10 janvier 2018). Consacré à l’articulation entre, d’une part, la production et l’usage des listes et, d’autre part, la spatialité et la temporalité de la société médiévale, il ferme ce faisant la boucle ouverte au début du programme Polima, parti d’une hypothèse centrale de Jack Goody qui considère à la fois la liste comme paradigme de la raison graphique, comme espace graphique multidirectionnel et bordé, enfin comme mode de décontextualisation/recontextualisation – puisque les données écrites deviennent utilisables ailleurs et/ou plus tard. Ce volume montre ainsi comment la liste non seulement s’inscrit dans le temps et l’espace médiévaux mais aussi et surtout produit de la temporalité et de la spatialité. Les listes ne sont en effet pas simplement produites chacune en un lieu et un moment spécifiques qui en déterminent la nature et la forme, et elles ne mobilisent pas seulement non plus des savoirs spatiaux et temporels qui leur préexistent, mais elles font partie des instruments par lesquels la société médiévale maîtrise les effets de distance spatiale et temporelle en donnant corps à et en actualisant, par l’écrit ou l’image, ses représentations spatiales et temporelles. (4e de couv.)



Citer ce billet
Corinne HÉLIN (2023, 14 octobre). Nouvelle acquisition : Le pouvoir des listes au Moyen Âge. III, Listes, temps, espace. IRHiS-Bibliothèque. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lyjl

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search