Nouvelle acquisition : Morimond : archéologie d’une abbaye cistercienne, XIIe-XVIIIe siècles

ROUSEAU Benoît (dir.)
Morimond : archéologie d’une abbaye cistercienne, XIIe-XVIIIe siècles
Nancy : PUN – Éditions universitaires de Lorraine, 2019, 291 p.
Collection Archéologie, Espaces, Patrimoines
ISBN 978-2-8143-0317-1

ARC 60

Résumé éditeur :

L’abbaye de Morimond est fondée aux confins de la Lorraine, de la Bourgogne et de la Champagne vers 1117 par des moines venus de Cîteaux. Elle s’installe sur le site d’un ancien ermitage comme en témoigne la pancarte de fondation datant elle de 1126. Elle fut cependant très largement ruinée durant la Révolution et l’Empire au point que les moines blancs renoncèrent à y rétablir une communauté durant la Restauration.

L’historiographie de cette antique abbaye du Bassigny a été significativement renouvelée ces dix dernières années avec l’organisation de colloques et la multiplication des publications historiques et archéologiques.

Les fouilles dirigées par Benoît Rouzeau dans les années 2003-2013 passées au crible de la documentation écrite médiévale et moderne donnent un nouvel éclairage de ce que fut la quatrième fille de Cîteaux.

Le monastère a disposé rapidement d’un patrimoine architectural de tout premier plan. Les fouilles et les recherches ont mis en lumière les conditions d’implantation des bâtiments dans la grande clôture. La trame du réseau hydraulique imposée en partie par l’hydrographie a préfiguré l’emplacement des édifices claustraux qui sont édifiés durant les XIIe et XIIIe siècles. Avec l’archéologie du bâti, les techniques de construction de l’abbatiale sont maintenant mieux connues. Un imposant groupe de bâtiments à l’ouest de l’enclos associé à l’hôtellerie est livré à la sagacité des chercheurs et montre au combien les moines blancs ont eux-mêmes très largement transformé leur enclos avant les reconstructions du siècle des Lumières.

Cet ouvrage a pour but de présenter une grande variété des artefacts livrés par la fouille. De la céramique culinaire à la vaisselle en verre, en passant par le mobilier métallique et les monnaies, ces études présentent un matériel de qualité à la croisée des influences lorraine, bourguignonne et champenoise.

À la lecture de ces pages histoire et archéologie se mêlent constamment pour faire revivre ce que fut le monastère de Morimond. (4e de couv.)

 



Citer ce billet
Corinne HÉLIN (2023, 8 mars). Nouvelle acquisition : Morimond : archéologie d’une abbaye cistercienne, XIIe-XVIIIe siècles. IRHiS-Bibliothèque. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lyh2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search