Nouvelle acquisition : Correspondances urbaines : les corps de ville et la circulation de l’information, XVe-XVIIe siècles

ALAZARD Florence (dir.)
Correspondances urbaines : les corps de ville et la circulation de l’information, XVe-XVIIe siècles
Turnhout : Brepols, 2020, 404 p.
Collection Études Renaissantes
ISBN 978-2-503-58812-4

EUR 1131

Résumé éditeur :

Objet d’un renouvellement historiographique ces dernières décennies, la correspondance a d’abord suscité des travaux qui ont saisi la lettre comme une des modalités d’expression de l’écriture du for privé, comme l’outil privilégié du façonnage des identités et comme un lieu de transaction entre la sphère privée et l’espace public. Depuis quelques années toutefois, les historiens observent ce que gouverner par lettre veut dire. Le rôle des plus hauts personnages de l’État, ou des administrations, a permis d’évaluer la force d’intervention politique de la lettre. Les correspondances sont désormais moins analysées pour les informations qu’elles contiennent et qui permettent de restituer les événements, que pour les pratiques de pouvoir dont elles témoignent. Mais l’enquête n’a encore guère touché l’échelle plus locale, celle des communautés d’habitants ou des corps de ville. C’est là pourtant que s’observe la nécessité d’occuper, par la lettre, un espace politique qui peine à accorder une place aux autorités lointaines.

Ce livre collectif s’intéresse à la correspondance que les corps de ville, créés en France à la fin du Moyen Âge, entretenaient avec les grands personnages du royaume, c’est-à-dire le roi, bien sûr, mais aussi ses conseillers, et une partie de la noblesse de cour, voire d’autres intermédiaires auprès des cours souveraines. Dans d’autres régions de l’Europe (espace germanique, Angleterre, péninsules ibérique et italienne), si les communautés urbaines se sont développées dans des contextes différents, elles ont manifesté le même intérêt pour un outil qui leur permettait aussi bien de s’organiser que de revendiquer des droits. Les relations épistolaires de la ville avec ses administrés ou avec d’autres communautés témoignent aussi des usages ordinaires et quotidiens (et pas moins politiques) de la lettre. Une telle approche permet de mieux saisir la façon dont les pouvoirs centraux et municipaux ont collaboré, ont été mobilisés et / ou sont entrés en conflit, au moment où se construisait ce qu’on a ensuite appelé « l’État moderne » et au moment où les villes affirmaient leurs pouvoirs.

Analysant les réseaux de correspondance des villes par l’inventaire de celles et ceux qui s’adressent à elles, cette étude explore aussi les pratiques d’écriture urbaines, y compris dans leur dimension matérielle, par exemple grâce à l’étude des traces laissées par les lettres dans les délibérations, voire dans les comptes des villes. La lettre adressée aux villes, ou par elles envoyée, a-t-elle participé à la fabrique de communautés de correspondants unis par le seul échange épistolaire ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search