Nouvelle acquisition : Le goût de la joie : réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIe siècle

VALADE Pauline
Le goût de la joie : réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIe siècle
Ceyzérieu : Champ Vallon, 2021, 422 p.
ISBN 979-10-267-0978-7

FPA 119

Résumé éditeur :

« Les peuples se plaisent au spectacle. Par là nous tenons leur esprit et leur cœur ». Ces mots de Louis XIV résonnent encore au siècle des Lumières quand les Parisiens, en des acclamations enthousiastes, spontanées ou forcées, célèbrent les événements heureux qui ponctuent l’État royal : feux d’artifice, musiques, danses, jets d’argent, distribution de vin et de nourriture, exemptions fiscales accompagnaient les gestes publics de plaisirs éphémères. Leur histoire, politique et culturelle, restait à écrire.

Soucieuse d’établir les conditions d’une communion émotionnelle avec le souverain, la royauté s’appuyait sur le principe de « conjouissances » propre à toute monarchie de droit divin. Elle cherchait à inculquer une norme pour se réjouir dans l’espace public. Les plus grandes institutions du royaume en décrétaient la nécessité et dictaient les gestes à adopter mais aussi les limites à ne pas transgresser. La joie publique s’inscrivait dans une culture de l’approbation monarchique et de multiples moyens de communication venaient susciter les manifestations de joie, construisant ainsi un véritable devoir de réjouissance.

Ce goût de la joie n’était pas seulement celui des élites qui l’organisaient : loin de se limiter à des actes d’obéissance imposée, le peuple de Paris témoignait aussi d’une réelle capacité de jugement. Si obéir aux normes des plaisirs officiels et venir s’y amusée était ordinaire, les Parisiens savaient aussi composer avec ces gestes de commande pour créer leur propre discours critique à l’égard de la Couronne.

Dans la seconde moitié du siècle, surtout au cours des décennies 1770-1780, au rythme des crises et des événements politiques, la joie décrétée par la royauté se transforma en une joie citoyenne indépendant des ambitions du pouvoir : dans les années qui précédèrent la Révolution, l’opinion publique s’est emparée de la fête pour la transformer en un acte politique de résistance et de contestation. (4e de couv.)

Pauline Valade, agrégée et docteur en Histoire moderne, est membre du Centre d’Études des Mondes Moderne et Contemporain de l’Université Bordeaux Montaigne. Ses recherches portent notamment sur l’histoire politique et culturelle des émotions.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search