Nouvelle acquisition : Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale : la représentation de l’Ancien Testament aux IVe-XIIe siècles

ANGHEBEN Marcello
Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale : la représentation de l’Ancien Testament aux IVe-XIIe siècles
Turnhout : Brepols, 2020, 464 p.
Collection Culture et société médiévales ; 37
ISBN 978-2-503-58171-2

EUR 1049

Résumé éditeur :

Depuis les débuts de l’art chrétien, l’Ancien Testament a reçu une place singulière dans le décor des églises comme dans l’illustration des manuscrits. Certaines formules conçues aux IVe-Ve siècles se sont imposées durant tout le Moyen Âge, comme celles de Saint-Pierre de Rome, et une influence encore plus large a longtemps été attribuée à la Genèse Cotton ou à son modèle. Les oeuvres médiévales ne reproduisent toutefois presque jamais servilement celles qui les ont précédées. Les concepteurs les ont constamment réélaborées pour des raisons probablement multiples : adapter la composition au cadre imposé par l’architecture ou le découpage du folio, optimiser les ressorts de la narration pour en faciliter la lecture ou toucher plus efficacement la sensibilité du spectateur, enchaîner les scènes pour entraîner le regard dans le sens de la lecture ou relier sémantiquement deux épisodes voisins, induire un sens spécifique inspiré par la théologie ou la liturgie, ou encore exprimer visuellement des ambitions institutionnelles voire politiques. Les quinze articles réunis dans cet ouvrage développent ces questionnements en les appliquant à des ensembles peints ou en mosaïque représentatifs de la période envisagée : les oeuvres conservées ou perdues des premiers siècles, Saint-Pierre de Rome, Saint-Paul-hors-les-Murs et leurs avatars médiévaux, les bibles carolingiennes de Tours et celles de Ripoll, Galliano, les autres ensembles lombards, Saint-Savin-sur-Gartempe, Château-Gontier, Palerme et Monreale. Pour enrichir cette réflexion, le champ d’investigation a été étendu aux cycles néotestamentaires des églises médiobyzantines et aux mosaïques de Saint-Marc de Venise. Dans la conclusion, Herbert Kessler propose en effet une mise au point stimulante sur la délicate question de la Genèse Cotton en nuançant son influence sur le cycle vénitien. L’ouvrage offre ainsi un panorama très complet de la représentation de l’Ancien Testament et une réflexion foisonnante sur les stratégies de la narration. (4e de couv.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search