Nouvelle acquisition : Les officiers français dans la Grande Guerre : 1914-1918

BENOÎT Christian
Les officiers français dans la Grande Guerre : 1914-1918
Paris : SOTECA, 2019, 425 p.
ISBN 978-2-37663-019-7

FR 2004

Résumé éditeur :

Former des officiers pour la revanche devient, après 1871, une ardente obligation. L’insuffisance des officiers n’est pas la moindre des causes de la défaite. Quand la République entreprend d’instruire la Nation avec les lois Ferry, l’armée se lance dans la formation de ses officiers. À partir de 1881, nul ne peut être nommé sous-lieutenant s’il ne sort d’une école. À côté de Polytechnique et de Saint-Cyr sont créées les écoles d’armes à Saint-Maixent, Saumur, Versailles, Fontainebleau et Vincennes. L’idée s’imposer aussi que l’instruction initiale doit être complétée par une formation en cours de carrière. Parallèlement, sont instruits des officiers de complément pour encadrer les unités de réserve.

AU prix du limogeage d’un général sur deux, de la mort d’un saint-cyrien sur deux, au cours des premières semaines de guerre, l’armée apprend la guerre.

Des écoles sont ouvertes pour instruire en cinq mois de futurs aspirants, qui remplacent les officiers tués et bientôt constituent l’ossature des unités. L’armée de 1918 détenant les clés de la victoire néglige de se remettre en cause en adaptant sa doctrine aux conditions du combat aéroterrestre, elle se réfugie derrière la ligne Maginot, immobile, dans l’attente des coups qui bientôt la frappent.
1940 est en gestation dans l’armée et son corps d’officiers de 1918. (4e de couv.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search