Nouvelle acquisition : Lyon dans l’Europe carolingienne : autour d’Agobard (816-840)

BOUGARD François (éd.), CHARANSONNET Alexis (éd.), ISAÏA Mrie-Céline (éd.)
Lyon dans l’Europe carolingienne : autour d’Agobard (816-840)
Turnhout : Brepols, 2019, 382 p. (Haut Moyen Âge ; 36)
ISBN 978-2-503-58235-1

HMA 476

Résumé éditeur :

Lyon, capitale des Burgondes (Ve-VIe siècles), avait été marginalisée au temps des royaumes mérovingiens de l’Entre-Seine-et-Rhin, et ses élites décimées par les pouvoirs francs (VIIe-VIIIIe siècles). La création d’un empire par Pépin le Bref puis Charlemagne a changé la donne. Dans une construction politique qui veut unir la Germanie à l’Italie, la Saxe à la Catalogne, Lyon retrouve une place centrale : porte de l’Espagne chrétienne, voie d’accès privilégiée à l’Italie lombarde dont Charlemagne a fait son premier objectif militaire, la ville devient la tête de pont de la présence franque dans le sud de l’Europe.
Le pouvoir carolingien cependant ne s’impose pas à Lyon seulement par la force, mais en y relevant le gouvernement épiscopal. Des évêques choisis par les empereurs pour leurs compétences intellectuelles sont placés à la tête de la cité. Leidrade et Agobard, Amalaire puis Amolon assurent le rayonnement durable de Lyon par l’excellence des écoles qu’ils fondent et qui attirent des clercs de l’Europe entière, ainsi que par la profusion des manuscrits qu’ils réunissent dans la bibliothèque cathédrale. L’intense activité culturelle lyonnaise du IXe siècle n’est pas corsetée par le soutien politique initial des Carolingiens. Au contraire, les clercs proposent des politiques alternatives au gouvernement des princes francs ; ils appellent à la création d’une Europe unifiée par le respect d’une loi unique et la renaissance d’un empire chrétien universel… Des propositions qui tiennent de l’idéalisme et du fondamentalisme biblique, et qui ne seront jamais suivies d’effet. (4e de couv.)

Le présent volume réunit des contributions rédigées à l’occasion du douzième centenaire de l’élection épiscopale d’Agobard à Lyon (816-840).

François Bougard, ancien directeur des études médiévales à l’École française de Rome, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris-Nanterre, est détaché au CNRS depuis 2014 comme directeur de l’Institut de recherche et d’histoire des textes.
Alexis Charansonnet est maître de conférences de l’Université Lumière – Lyon 2, chercheur du CIHAM UMR 5648.
Marie-Celine Isaïa est maître de conférences HDR de l’Université de Lyon, chercheur du CIHAM UMR 5648.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.