Nouvelle acquisition : Vivre sous l’Occupation : illégalités, collaboration et résistance

VANDENBUSSCHE Robert (éd.)
Vivre sous l’Occupation : illégalités, collaboration et résistance
Villeneuve d’Ascq : Institut de Recherches Historiques du Septentrion, 2019, 205 p.
ISBN 978-2-490296-30-9

C 1515

Résumé éditeur :

Pour la 9e session des Journées de Bondues, le choix s’est porté sur un thème d’apparence classique “Vivre sous l’Occupation” que Dominique Veillon a particulièrement bien analysé. Mais, pour la zone interdite, la recherche d’Alain Petit mis à part au même titre que quelques monographies urbaines, les travaux demeurent peu nombreux. Surtout, aucune recherche n’a été conduite sur la problématique que soulèvent la guerre et l’occupation de la région : illégalité, collaboration, résistance.

Un constat d’évidence s’impose : la vie de chaune et de chacun est très profondément perturbée et la “vie d’avant” que regrettent les témoignages ne semble pas restaurable dans l’immédiat. À cet égard, le Journal de guerre de Denise Delmans-Decreus, une jeune institutrice affectée à Hazebrouck, offre des éclairages lucides et pertinents sur le ressenti des populations civiles. L’exode des populations locales a dispersé souvent des familles qui tentent de se retrouver tandis que d’autres attendent le retour de l”l’absent” c’est-çà-dire du prisonnier. La répétition des bombardements et la vie quotidienne dans des paysages de ruines entraînent le déplacement fréquent puis forcé de celles et ceux que les autorités évacuent des zones littorales ou des sites stratégiques pour la durée de la guerre. les aléas du ravitaillement dessinent également la réalité quotidienne puisqu’il est notoirement insuffisant et de qualité très irrégulière… (4e de couv.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.