Nouvelle acquisition : Les échos de la Terreur : vérités d’un mensonge d’État, 1794-2001

MARTIN Jean-Clément
Les échos de la Terreur : vérités d’un mensonge d’État, 1794-2001
Paris : Belin, 2018, 315 p.
Collection Contemporaines
ISBN 978-2-410-00206-5

REV 236

Résumé éditeur :

Nous vivons une époque où les spectres de la terreur, qu’elle soit brune, rouge ou noire, ne cessent de nous submerger, de réanimer les souvenirs, de nous interroger sur le rôle de la terreur dans notre histoire. Quelle place faut-il faire aux échos de “la Terreur” de 1794 pour comprendre notre temps ? Les terrorismes récents, les terreurs des deux guerres mondiales et des guerres coloniales n’ont-ils pas bousculé nos sensibilités ?

Jean-Clément Martin rappelle comment “la Terreur” a été inventée, en 1794, après la mort de Robespierre dans le but de le rendre responsable des violences commises et de clore la révolution populaire. Cette invention s’est imposée, pendant deux siècles, parce qu’elle satisfait le goût du macabre et du mélodrame, autant qu’une aspiration au sublime et à l’enthousiasme. La Terreur a fondé une nouvelle philosophie de l’Histoire, celle de Hegel, et a permis des interprétations métaphysiques ou spirituelles.

Le débat sur la Terreur de la Révolution française continue, mais cette terreur n’est certainement plus notre contemporaine. Au moment où une autre ère commence, ce livre retrace deux cents ans de discussions, de représentations et de réflexions autour de cette légende politique qui a bâti notre conscience nationale. (4e de couv.)

Jean-Clément Martin est professeur émérite de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancien directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française et a consacré de nombreux livres à la Révolution française comme à la Contre-Révolution et à leurs mémoires.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.