Nouvelle acquisition : Hospices : une histoire sensible de la vieillesse : Bruxelles, 1830-1914

RICHELLE Sophie
Hospices : une histoire sensible de la vieillesse : Bruxelles, 1830-1914
Rennes : Presses universitaires de Rennes : 2019, 332 p.
Collection Histoire
Texte remanié de : Thèse de doctorat : Histoire : Luxembourg : 2017.
ISBN 978-2-7535-7717-6

BR 254

Résumé éditeur :

Le XIXe siècle n’invente pas les hospices pour personnes âgées. Cependant, une nouvelle configuration de l’expérience de la vieillesse en établissement se met en place dès le début de ce siècle. Partant de cinq établissements d’assistance publique de la ville de Bruxelles – l’hospice de l’Infirmerie, l’hospice Pachéco, les Hospices-Réunis, le refuge Sainte-Gertrude et le refuge des Ursulines – Hospice explore, entre 1830 et 1914, cette forme inédite de prise en charge. Conçus, construits, aménagés pour l’accueil spécifique de personnes âgées, ces établissements entraînent une “communauté d’expériences” propre au grand âge et nous invitent à l’envisager, à la questionner. Comment était comprise et définie la vieillesse au XIXe siècle ? Qu’est-ce qui était attendu, perçu et vécu comme son expérience ?
Dans une optique que l’histoire prend peu le temps de saisir et que seule une approche micro-historique permet, personnages, matières et sensations composent cette exploration spatialisée des expériences de vieillesse. Au-delà des versions critiques des hospices mouroirs à destination d’indigents nécessiteux qui président encore souvent les recherches en la matière, l’analyse approfondie des archives bruxelloises éclaire sous un jour nouveau les espaces, les populations et les expériences qui y prennent place.
En retournant aux racines d’une assistance à la vieillesse qui pose actuellement nombre de questions, cet ouvrage fait résonner les échos entre hier et aujourd’hui. (4e de couv)

Sophie Richelle est titulaire d’un master en histoire de l’Université libre de Bruxelles et est docteur en histoire de l’université du Luxembourg. Ses recherches croisent les notions d’espaces et d’expériences. De l’asile de folles aux hospices de vieux, elle poursuit aujourd’hui ses questionnements avec les bains publics (projet soutenu par le F.R.S.-FNRS). En plaçant au centre de son attention l’expérience sensible, matérielle et humaine d’espaces resserrés et particuliers, elle tente de raconter l’histoire de ceux qui n’avaient pas laissé de traces.

Table des matières : cliquez ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.