Nouvelle acquisition : Quand l’image agit ! À partir de l’action photographique

DEBAT Michelle (dir.), ROUBERT Paul-Louis (dir.)
Quand l’image agit ! À partir de l’action photographique
Trézélan : Filigranes éditions, 2017, 192 p.
ISBN 978-2-35046-417-6

U4 334

Résumé éditeur :

Alors que l’image photographique participe depuis les années 1980 des formes artistiques les plus contemporaines, la pensée théorique qui l’a accompagnée arrive à un certain épuisement et appelle à un renouvellement de ses champs d’investissements. Suite au développement exponentiel de l’univers numérique et sous l’influence des cultural studies, des recherches sur la physiologie de la perception, de la théorie de l’action et de l’intérêt croissant pour les théories du spectateur, nous voyons aujourd’hui de nouvelles pistes théoriques s’ouvrir à la pensée conceptuelle non seulement de la photographie en tant qu’objet et processus technique mais aussi et surtout de l’image photographique en tant qu’objet agissant et interagissant.Dès 2013, un projet de recherche d’excellence Labex Arts-H2H, proposait comme objet de recherche une nouvelle approche de la «?théorie de l’action photographique?» et en 2015 ouvrait la réflexion, à partir de l’action photographique, aux recherches croisées de différents champs épistémologiques au cours d’un colloque intitulé « Quand l’image agit ! » dont le présent ouvrage restitue les actes et les ouvertures. Participant de l’actualité des publications autour de l’acte d’image et de la pensée de l’image en acte, l’ensemble des contributions émanant d’auteurs et d’artistes d’horizons différents permet ici de faire émerger et de mettre en perspective de nouvelles voies à inscrire dans un renouveau de la pensée théorique de la photographique. Produit tant d’un processus technologique que d’un imaginaire activé, construction tant figurale que symbolique, objet autant qu’image, la photographie est ici abordée comme objet de croyance et comme image chargée – car faite de matière dont sensible – offrant toujours par sa présence un potentiel d’agentivité qui concerne aussi bien l’histoire des images que celle de la photographie en particulier mais nécessairement contextualisée. En tant que stimulus de part sa corporéité et ses effets en chaîne perceptifs, scientifiques et/ou symboliques, la photographie est investie ici, théoriquement et artistiquement, comme image en acte s’agrégeant à une image agissante dont les multiples occurrences de présences sont réfléchies à partir de la malléabilité des pratiques et de la matérialité des objets, des lieux, milieux et temporalités de monstration.

Michelle Debat est professeur en histoire et esthétique de la photographie et de l’art contemporain à l’Université Paris 8 et critique d’art AICA.

Paul-Louis Roubert est historien de la photographie, maître de conférences à l’Université Paris 8.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.