Nouvelle acquisition : Dévoiler l’Afrique ? Lieux et pratiques de l’exploration (Afrique occidentale, 1780-1880)

SURUN Isabelle
Dévoiler l’Afrique ? Lieux et pratiques de l’exploration (Afrique occidentale, 1780-1880)
Paris : Éditions de la Sorbonne, 2018, 382 p.
Collection Histoire contemporaine ; 19
ISBN 979-10-351-0075-9

MOND 799

Résumé éditeur :
À partir des années 1780, l’Afrique devient l’objet d’attention de sociétés savantes européennes qui se donnent pour tâche de lever le voile de l’ignorance sur ce continent si proche et pourtant encore inconnu. Dévoiler l’Afrique, c’est envoyer des voyageurs la parcourir, encadrer à distance la collecte scientifique et recueillir au retour l’information géographique pour remplir les blancs de la carte. L’Afrique occidentale fut la première région traversée par des explorateurs européens munis d’instructions scientifiques, et la seule qui le fût pendant presque un siècle avant que l’entreprise ne se mue en conquête. Dans cette « Afrique intérieure », les voyageurs dépendent entièrement des souverains africains qui ont le pouvoir d’ouvrir ou de fermer les routes, des guides et interprètes qui facilitent le voyage et des sociétés locales qui fournissent la case et le mil. Pour parcourir cet espace, le voyageur s’engage dans une expérience totale, physique, psychologique, sociale et culturelle, où les savoirs se construisent à travers des pratiques concrètes et dans l’interaction. L’exploration est la somme des lieux où se déploient ces pratiques : le cabinet d’un géographe, la salle de réunion d’une société de géographie, l’horizon qui oriente le regard, l’itinéraire projeté, le chemin parcouru, la rive d’un fleuve, la maison d’un dignitaire qui reçoit un voyageur, la tente où il bavarde avec un guide, la collection de spécimens, le carnet de notes, la carte tracée dans le sable ou sur du papier… (4e de couv.)

Isabelle Surun est professeur en histoire contemporaine à l’université de Lille (UMR 8529-IRHiS, Institut de recherches historiques du Septentrion). Elle a travaillé sur l’histoire de la géographie et des espaces coloniaux. Elle a publié notamment Naissances de la géographie moderne. Lieux, pratiques et formation des savoirs de l’espace en France, 1760-1860 (avec Jean-Marc Besse et Hélène Blais, ENS Éditions, 2010), Les sociétés coloniales. Afrique, Antilles, Asie (1850-1950) (Atlande, 2012) et Histoires d’espaces. Territoires et limites (avec Hélène Blais, Claire Fredj et Alain Messaoudi, Éditions Bouchène, 2018).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.