Nouvelle acquisition : Le couvent des Cordeliers du Mont Beuvray : histoire et archéologie

BECK Patrice (dir.), SAINT-JEAN VITUS Benjamin (dir.)
Le couvent des Cordeliers du Mont Beuvray : histoire et archéologie
Glux-en-Glenne : Centre archéologique européen, 2018, 344 p.-XII p. de pl.
Collection Bibracte ; 27
ISBN 978-2-909668-95-6

FREG 617

Résumé éditeur :
La présence humaine sur le Mont Beuvray n’a pas cessé après Bibracte. Les recherches sur la chapelle Saint-Martin et sur la fontaine Saint-Pierre l’avaient déjà montré. Celles entreprises entre 1989 et 1998 sur la Pâture du Couvent en apportent de nouveaux et puissants témoignages que le présent ouvrage détaille et analyse.

Sur les vestiges antiques abandonnés dans les premières décennies du Ier siècle, huit phases d’aménagements se succèdent ici, entre l’Antiquité tardive et la première moitié du XVIIIe siècle. Ce sont d’abord quelques traces fugaces mais certaines d’un ou deux bâtiments appuyés sur les ruines gallo-romaines et datables des IV-VIIe siècles. C’est ensuite, au XIIIe siècle, la construction en deux temps principaux des bâtiments d’une grosse ferme dépendant très vraisemblablement des Bénédictins d’Autun qui exploitent alors des terres et desservent la chapelle Saint-Martin. C’est enfin, dans les dernières décennies du XIVe siècle ou au début du suivant, l’installation d’une communauté de frères Franciscains qui y élève progressivement un couvent qui subit de nombreuses transformations scandées notamment par deux destructions au XVIe siècle. L’établissement est déclaré comme désert en 1699, sa vente est consommée en 1737.

L’organisation générale, dans la complexité de ses diverses composantes, est bien conservée. Les techniques et les matériaux de construction successivement utilisés s’y révèlent parfaitement. Les mobiliers associés (terre cuite, métal, verre) constituent des corpus forts abondants et diversifiés, notamment pour le XVIe  siècle.

Entreprendre sur ce gisement une étude approfondie, tant archéologique qu’archivistique, c’était répondre d’abord à l’exigence de prendre en compte l’ensemble de l’histoire du site : Bibracte-Mont Beuvray n’a jamais cessé d’être un lieu de pratiques mémorielles, entre la guerre des Gaules et les campagnes archéologiques du Centre archéologique européen. Ce fut  aussi la  possibilité d’étudier,  au mieux,  l’organisation et  les  aménagements d’un couvent franciscain hors des contraintes urbaines qui pèsent généralement sur les implantations de cet ordre religieux.

En tentant enfin de savoir pourquoi des frères Cordeliers, plus habitués aux ambiances urbaines et aux cours princières, s’étaient installés en ce lieu sinon isolé du moins très rural et retiré, l’enquête n’a  pas  fait  que  rencontrer  l’histoire  locale.  Sans  doute  remplacent-ils les Bénédictins pour assurer une présence ecclésiastique sur cette montagne qui accueille chaque année foires et rogations. Mais les frères sont des Colettins, chargés de desservir les établissements de Clarisses que Colette de Corbie (1381-1447) réforme ou fonde, de la Comté d’outre-Saône au Berry d’outre-Loire et, parmi eux, s’est glissé un espion du type de ceux qui prolifèrent alors en ces contrées de frontières au temps du conflit entre Bourgogne, France et Angleterre…

C’est donc aussi d’histoire générale, de l’Ordre franciscain et des relations entre principautés, que traite le présent ouvrage à travers les résultats de vingt années de fouilles archéologiques, d’analyses des découvertes et de recherches contextuelles. (4e de couv.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.