Nouvelle acquisition : La dernière division : sacrifiée à Soissons pour sauver Paris : 27 mai – 5 juin 1918

RENAUD Patrick-Charles
La dernière division : sacrifiée à Soissons pour sauver Paris : 27 mai – 5 juin 1918
Escalquens : Grancher, 2017, 249 p.-[32] p. de pl.
ISBN 978-2-7339-1419-9

AI 61

Résumé éditeur :

Émergeant de la brume, des silhouettes casquées et grisâtres franchissent l’Ailette et s’emparent des crêtes du Chemin des Dames, sévèrement bombardées les heures précédentes. Trois jours plus tard, les Allemands atteignent la Marne et menacent Paris, comme à l’été 1914. Surpris, le commandement français doit improviser pour endiguer coûte que coûte la déferlante que personne n’attendait sur cette portion du front. La bataille se raidit sur l’aile droite de l’offensive allemande et Soissons devient rapidement une charnière pouvant ouvrir la route vers Paris. Stationnée à Saint-Dié dans les Vosges, la 170e division d’infanterie est en manœuvre dans la forêt de Compiègne lors de ces événements. La « p’tite dernière » de l’armée française est aussitôt jetée dans la fournaise à Soissons… Avec « La dernière division », l’auteur, s’appuyant sur les archives officielles et les écrits inédits laissés par les protagonistes dont il a retrouvé les familles à l’issue de longues recherches, vous fait revivre heure par heure un épisode méconnu de l’histoire qui aurait pu modifier le cours de la guerre, à un moment où les Allemands bénéficiaient de la supériorité numérique, juste avant que les Américains n’entrent en lice. Vous découvrirez comment l’un des secteurs les plus emblématiques du Chemin des Dames a si facilement été reconquis, puis vous suivrez la 170e division dans la Cité du vase et sur les rives de l’Aisne, tout en faisant connaissance avec des hommes dont l’histoire avait déjà retenu les noms, comme l’aspirant Louis Jaurès, fils du parlementaire socialiste Jean Jaurès assassiné le 31 juillet 1914, ou le lieutenant Léon Forzinetti dont le père fut le tout premier défenseur du capitaine Dreyfus. « Sacrifiée », la 170e division a payé le prix fort avec la perte de plus du tiers de ses effectifs et une ingratitude du commandement qui releva ses chefs parce qu’elle avait été contrainte de reculer sans pour autant concéder la victoire à l’adversaire. Or, cette résistance opposée jour et nuit durant une semaine a sans doute permis au général Foch de s’organiser et de rassembler les forces nécessaires pour lancer une contre-attaque victorieuse, celle qui débouchera sur l’armistice quelques semaines plus tard…(4e de couv.)

Axe de recherches :

  • Axe 3 : guerre, sécurité(s), (des)ordre(s) public(s)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.