Élevage et forêt sur la montagne dijonnaise à la fin du Moyen Âge

BECK Patrice (dir.), FAUCHER Frank (dir.), MAIGROT Jean-Louis (dir.)
Élevage et forêt sur la montagne dijonnaise à la fin du Moyen Âge : deux établissements forestiers d’éleveurs en Terre de Saint-Seine (Saint-Martin-du-Mont, Côte d’Or)
Drémil-Lafage : Éditions Mergoil, 2018, 264 p.
Collection Europe médiévale ; 11
ISBN 978-2-35518-072-9

FREG 613

Résumé éditeur :

Les deux établissements désertés dont il est ici question sont localisés à environ 1,5 km l’un de l’autre dans le massif forestier couvrant les marges du finage de Saint-Martin-du-Mont sur la Montagne dijonnaise, à une vingtaine de km au nord-ouest de la capitale bourguignonne. Celui des bois de Cestres a fait l’objet d’une fouille aussi exhaustive que possible entre 2003 et 2012. Celui des bois de La Combe d’Été a été sondé en 2012. Ils ont tous les deux été fondés, occupés et désertés au XIVe siècle et présentent la même configuration de hameaux spécialisés dans l’élevage ovin. Sans doute s’agit-il, pour l’un, des Bordes Gaudot attestées dans la documentation écrite comme actives de 1323 à 1413 et déclarées comme désertées en 1417, pour l’autre des Bordes de Cuylles ou Descuilles citées en 1371 et en 1394-1395.

La commune actuelle, l’une des plus vastes de Côte d’Or, est l’héritière directe de la « Terre de Saint-Seine ». C’est le domaine proche de l’Abbaye bénédictine éponyme fondée au Temps mérovingiens sur la route qui, de Dijon à Troyes en Champagne, assure un passage commode entre le sillon rhodanien et le bassin de la Seine. Aux XIIIe et XIVe siècles, cet itinéraire constitue l’un des axes majeurs du commerce international de la laine, emprunté notamment par les marchands italiens fréquentant les foires de Champagne. Avec la fondation tardive des deux établissements dans ses marges forestières, l’abbaye entendait participer de cette dynamique économique. Mais celle-ci décline au siècle suivant sous les coups des désordres liés à la guerre de Cent Ans et à la Peste Noire.

L’ensemble a offert la possibilité non seulement de conduire une fouille approfondie sur des habitats ruraux désertés du bas Moyen Âge, ce qui reste somme toute encore peu courant, mais aussi de mettre au jour les témoins matériels d’un puissant phénomène surtout connu par la documentation écrite. Il a aussi permis d’étudier non seulement les habitats, la culture matérielle et les activités de production des groupes résidents, mais aussi, sous le couvert forestier protecteur, l’organisation des territoires exploités alentours.

Trois parties complémentaires structurent ainsi le présent ouvrage. Il s’ouvre par une monographie archéologique décrivant le détail des constructions et des mobiliers enregistrés à la fouille, pour évoquer les niveaux techniques et les conditions de vie. Il se poursuit avec un essai d’Archéogéographie du territoire associant l’étude du parcellaire, l’analyse physico-chimique des sols et celle des cortèges végétaux, afin de restituer le paysage environnant et les modalités d’exploitation des ressources. Il s’achève par une étude des documents écrits, dénombrements, comptabilités, actes notariés, pour témoigner du contexte socio-économique. (4e de couv.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.