Le secret du prince : gouverner par le secret, France, Bourgogne, XIIIe-XVe siècle

SANTAMARIA Jean-Baptiste
Le secret du prince : gouverner par le secret, France, Bourgogne, XIIIe-XVe siècle
Ceyzérieu : Champ Vallon, 2018, 337 p.
Collection Époques
ISBN 979-10-267-0660-1

BO 206

Résumé éditeur :

Explorer la part secrète du pouvoir princier, c’est rencontrer nombre de figures célèbres en des situations parfois scabreuses, souvent rocambolesques. Qu’il s’agisse de Saint Louis utilisant un escalier caché pour retrouver son épouse à l’insu de sa mère Blanche de Castille, ou des leçons d’escrime destinées à inculquer quelques bottes secrètes au duc de Bourgogne Philippe le Bon, les princes se méfient en permanence de leur entourage au moins autant que de leurs ennemis. Bénéficiant d’une relation particulière avec Dieu – qui sait à l’occasion leur envoyer quelques messages secrets par la voix d’une bergère ou d’un ermite -, ils n’entendent rendre compte à personne de leurs agissements, exigeant que leurs proches ne révèlent rien de leurs faiblesses ni de leurs plans.

Loin d’être anecdotique, cette pratique du secret s’enracine dans un temps qui associe savoir, sacré et secret et constitue un moyen de répondre aux défis d’une époque en pleine mutation : le développement de l’écrit entraîne celui des correspondances secrètes ; la naissance de l’impôt permanent conduit le prince à mentir sur l’état du budget ; la publicité nouvelle d’une vie de cour rassemblant des centaines d’individus autour de la famille princière exige des chambres de retrait.

Par le secret, les princes entendent à la fois défendre leur honneur et garantir les moyens de leur puissance. La pratique concrète du pouvoir rejoint un imaginaire médiéval qu’on pourrait croire folklorique mais se révèle parfois ancré dans la réalité : certains princes font enterrer des trésors destinés à financer leurs guerres, au risque de les perdre ; Louis XI réclame de ses correspondants de brûler ses lettres après lecture. Rois et ducs de Bourgogne se doivent en somme de devenir experts dans l’art du secret, pour rester maîtres des frontières entre le public et le privé : c’est l’une des leçons politiques de cet automne du Moyen Âge.

Jean-Baptiste Santamaria est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Lille et membre du laboratoire IRHiS. Normalien, agrégé d’histoire, il travaille sur l’exercice du pouvoir princier à la fin du Moyen Âge. Il a publié Le petit livre des rois France (First, 2006) et La Chambre des comptes de Lille (1386-1419) (Brepols, 2012).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.