Patronage et mécénat religieux des femmes de pouvoir dans l’Europe des XIVe-XVIIe siècles

dame-coeur607GAUDE-FERRAGU Murielle (dir), VINCENT-CaSSY Cécile (dir.)
“La dame de cœur” : patronage et mécénat religieux des femmes de pouvoir dans l’Europe des XIVe-XVIIe siècles
Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2016, 321 p.-XLVIII p. de pl.
Collection Histoire
ISBN 978-2-7535-4870-1

C 1364

Résumé éditeur :

Entre dévotions privées et mémoires dynastique, la question du mécénat et du patronage religieux des femmes de pouvoir permet d’aborder l’histoire de leur spiritualité, mais s’inscrit aussi dans une histoire plus politique du pouvoir, et de son partage entre les sexes. Majoritairement écartées de la Couronne et du pouvoir réel au bas Moyen Âge, les reines se sont-elles distinguées par un investissement plus grand dans le domaine du sacré ? Dans l’association délibérée d’un couple, le monarque incarnait-il davantage l’auctoritas et son épouse de caritas ? Loin de l’histoire engagée du genre, il faut concevoir le pouvoir en termes de complémentarité. Il est néanmoins nécessaire de s’interroger sur la (ou les) spécificités du patronage féminin ; en d’autres termes, existe-t-il des domaines spécifiquement féminins d’appropriation ou d’incarnation du sacré ? C’est sous cet angle d’analyse, à la confluence du politique et du religieux, qu’est abordé l’ensemble des reines-consorts des royaumes européens (France, Italie, Espagne, Pays-Bas) dont les parcours sont examinés sur un temps long, du XIVe au XVIIe siècle, dans une perspective comparatiste.
Toutes les formes d’interventions religieuses sont ici évoquées par les meilleurs spécialistes internationaux de l’histoire politique et artistique du Moyen Âge et de l’époque moderne : fondations d’églises, de couvents et d’hôpitaux, legs pieux et charitables, patronages et collections d’ouvrages religieux, mais aussi commandes architecturales ou artistiques. (4e de couv.)

Table des matières : cliquez ici.

Cécile Vincent-Cassy est maître de conférences à l’université Paris 13-Sorbonne Paris Cité. Spécialiste de l’histoire religieuse et de la culture visuelle dans la monarchie hispanique de la première modernité, elle est l’auteur de Les saintes vierges et martyres dans l’Espagne du XVIIe siècle. Culte et image, Casa de Velazquez, 2011, et a coédité La cour céleste. La commémoration collective des saints au Moyen Âge et à l’époque moderne, Brepols, 2015.

Murielle Gaude-Ferragu, spécialiste d’histoire politique, est maître de conférences à l’université Paris 13-Sorbonne Paris Cité. Elle a consacré ses recherches au pouvoir et à ses représentations à la fin du Moyen Âge, tant d’un point de vue cérémoniel (D’or et de cendres. La morts et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Presses universitaires du Septentrion, 2005), qu’à travers l’histoire du genre (La reine de France. Le pouvoir au féminin (XIVe-XVe siècle), Tallandier, 2014).

Axe de recherches :

  • Axe 2 : Arts et mémoires d’Europe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.