Peintres et vilains : les artistes de la Renaissance et la grande guerre des paysans de 1525

Peintres-vilains384PIANZOLA Maurice

Peintres et vilains : les artistes de la Renaissance et la grande guerre des paysans de 1525

[Montreuil] : l’Insomniaque, 2015, 153 p.

ISBN 978-2-915694-83-3

GER 243

Résumé éditeur :

 Ce livre est la chronique illustrée d’une dissidence, une enquête qui soulève un pan de l’histoire méconnue des débuts diablement subversifs de la Réforme et éclaire les liens entre les divers bouleversements qui ont changé à jamais la face du monde au XVIe siècle. Il offre un aperçu, aussi vivant qu’instructif, d’un formidable mouvement artistique qui advint en consonance avec un redoutable mouvement social et religieux.
Dans la Rhénanie de 1525, la plèbe en révolte inspira les artistes les plus novateurs, parmi lesquels les plus radicaux côtoyèrent l’insurrection et ses meneurs, au péril de leur vie.
Tel fut l’engagement des maîtres allemands du début de la Renaissance : Lucas Cranach l’Ancien, Albrecht Dürer, Hans Holbein le Jeune, mais aussi le turbulent Urs Graf et le truculent Hans Sebald Beham, ou Matthias Grünewald, l’anabaptiste subtil. Ils entreprirent de représenter le mode de vie des gens du peuple, transposant les aspirations des pauvres et relatant leurs tribulations comme leurs actes de résistance. C’est ainsi que ces transgresseurs sublimes ont porté témoignage de cette révolte aux relents d’hérésie et de lutte des classes que fut la guerre des Paysans.
Composant le grand livre d’heures du petit peuple, les graveurs et peintres allemands de ces temps de trouble voulurent faire entrer dans le tableau la simplicité débonnaire des danses et débauches des paysans comme leur ardeur à se débarrasser des princes et évêques de toute confession.
C’est cette histoire héroïque – et tragique par son sanglant dénouement – que narre Maurice Pianzola, mais aussi les artistes qui ont fourni les illustrations de son récit savant (mais limpide) et passionnant (mais lucide). Son ouvrage est une contribution essentielle à l’histoire de l’art, mais aussi à l’histoire sociale et à celle des aventures de la liberté.
Axe de recherches :
  • Axe 2 : Art et mémoire d’Europe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.