La Révolution terrorisée

BAECQUE Antoine de
La Révolution terrorisée
Paris : CNRS éditions, 2017, 238 p.
ISBN 978-2-271-11606-2

REV 224

Résumé éditeur :

Une caricature paraît en 1794 : Robespierre ne serait qu’un tyran obsédé par la mort jusqu’à vouloir « se décapiter lui-même après avoir guillotiné le dernier des Français ». La France selon Robespierre, République de la Terreur, ressemble dans ces images traumatisantes à un immense cimetière où se déversent des fleuves de sang. Le cadavre envahit les représentations.

Étudier ce moment politique saisi par la terreur, voici le sens de cet ouvrage, qui réunit une dizaine d’études d’Antoine de Baecque. En observant les diverses formes de violence symbolique, physique ou mise en scène qui envahissent alors l’espace politique, l’historien fait une place à l’Hercule, cette Force armée de sa massue qui s’impose comme nouvelle allégorie de la France, prenant une place aux côtés de la déesse Liberté. Car il s’agit de donner corps à la République et d’impressionner ceux qui l’attaquent, tout en créant un corps colossal qui puisse légitimement combattre le géant monarchique en terrorisant les ennemis du peuple.

Ce livre propose de relire et de repenser la Terreur, en montrant que la présence concrète des cadavres et la puissance de l’imaginaire morbide permettent aux révolutionnaires de prendre la (dé)mesure de la violence des bouleversements qu’ils engendrent, et justifier ainsi leur politique d’effroi. (4e de couv.)

Antoine de Baecque, professeur à l’École normale supérieure, historien de la culture politique, est spécialiste des représentations, du XVIIIesiècle au cinéma. Sur la Révolution française, il est l’auteur de Le Corps de l’histoire (1993), La gloire et l’effroi (1997), Les Éclats du rire (2000) et de La France de la Révolution (2011). Il vient de publier son premier roman, Les Talons rouges, qui s’inspire, en les travaillant sur leur versant fictionnel, de bien des essais d’histoire réunis dans ce recueil.

Axe de recherches :

  • Axe 3 : Guerres, sécurité(s), (des)ordre(s) public(s)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *