« À bas les Belges ! » : l’expulsion des mineurs borains (Lens, août-septembre 1892)

CABOT Bastien
« À bas les Belges ! » : l’expulsion des mineurs borains (Lens, août-septembre 1892)
Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2017, 170 p.
Collection Histoire
ISBN 978-2-7535-5316-3

ART 361

Résumé éditeur :

À la fin du XIXe siècle, les mines du Nord de la France se sont imposées comme une polarité nouvelle, attirant et agrégeant une main-d’oeuvre tant locale que transfrontalière. Mais si ce maelström satisfait les puissantes compagnies, il n’en va pas de même pour les mineurs, dont l’engagement dans la lutte syndicale peine à se départir de ses récents échecs. Entre rancoeur et lassitude, la base ouvrière décide de dépasser les cadres politiques, en se tournant non pas vers les chefs, cible attendue, mais vers l’Étranger : du 15 août au 20 septembre 1892, plus d’un millier d’ouvriers belges sont violemment traqués, attaqués puis chassés du bassin minier du Pas-de-Calais, sans autre issue que le retour vers la terre d’où ils étaient partis, quelques mois ou décennies plus tôt. Si cette expulsion collective épouse des formes anciennes de la contestation, toute explication semble se dérober à l’enquête, réduite au seul rôle répressif. La parole des mineurs ressemble à ce réel qui résiste, face aux mises en récits développées « par le haut » : est-ce la faute au nationalisme ? au protectionnisme ? au socialisme ? La concordance des temps de l’émeute, de la presse et du politique semble vaine. Pour l’historien, la vérité de ces obscures semaines erre dans le même ban que celui de ces ouvriers : conduits au silence, pour des raisons de paix sociale, suite à l’acquittement des inculpés français ; ou bien, condition de survie de toute nation selon Renan, à l’oubli suite à la naturalisation massive des Belges. Peu connus, ces événements mettent pourtant en avant une ambiguïté fondamentale de la gauche : la distorsion entre les actes des ouvriers et les espoirs qu’elle plaçait en eux. Cette gêne qui ne cesse de ressurgir est au coeur de cet ouvrage.

Cet ouvrage est issu d’une recherche lauréate du prix de la Fondation Jean-Jaurès en 2015.

Bastien Cabot, agrégé d’histoire, est professeur d’histoire-géographie au lycée Eugène Delacroix à Maisons-Alfort. Ses travaux portent sur l’histoire du travail et des migrations.

Axe de recherches :

  • Axe 4 : Innovations

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *