L’épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)

epuration-belgique791VANDENBUSSCHE Robert (éd.)
L’épuration en Belgique et dans la zone interdite (1944-1949)
Villeneuve d’Ascq : IRHiS, Institut de Recherches Historiques du Septentrion, 2016, 278 p.
Collection Histoire de l’Europe du Nord-Ouest ; 55
ISBN 978-2-905637-72-7

C 1392

Résumé éditeur :

Bien adapté à l’année commémorative de la Libération, l’épuration demeure difficile à appréhender et à évaluer car les polémiques pèsent toujours sur les analyses et les interprétations. Qu’il s’agisse de la pertinence, de l’ampleur du processus, de sa sévérité, de son équité, ou, au contraire, de son insuffisance, les débats ont été intenses même si, aujourd’hui, la disparition progressive des acteurs permet une étude plus apaisée et plus sereine tandis que l’éloignement des faits contribue à renouveler en profondeur, son histoire.
À la suite de Peter Novick, de Pierer Laborie, de Marc Baruch ou encore de François Rouquet, les chercheurs différencient, traditionnellement, une « épuration spontanée » ou « extra-judiciaire » que d’aucuns désignent comme « épuration sauvage » d’une « épuration légale » ou judiciarisée pour établir une chronologie et distinguer des pratiques. Car, derrière l’épuration, les intentions sont diverses et les enjeux importants. La Libération, joyeuse et douloureuse, suscite parfois un désir de « vengeance » tout en posant la question grave de la justice et de la restauration de l’État de droit. L’épuration devient, dès lors, un moment fort de la sortie de guerre…

Axe de recherches :

  • Axe 3 : Guerre, sécurité(s), (des)ordre(s) public(s)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *