Des dieux civiques aux saints patrons (IVe-VIIe siècle)

Dieux-civiques474CAILLET Jean-Claude (éd.), DESTEPHEN Sylvain (éd.), DUMÉZIL Bruno (éd.)
Des dieux civiques aux saints patrons (IVe-VIIe siècle)
Paris : Picard, 2015, 384 p.
Collection Textes, images et monuments de l’Antiquité au haut Moyen Âge ; 12
ISBN 978-2-7084-1004-6

C 1344

Résumé éditeur :

Les origines tardo-antiques des saints patrons des villes médiévales renvoient à l’évolution des communautés chrétiennes qui devinrent du ive au vie siècle progressivement majoritaires au sein des cités antiques. Auparavant, le modèle religieux païen civique distinguait ce qui relevait du public et du privé dans les relations avec le divin, ce qui n’était pas le cas des communautés chrétiennes. Lorsque celles-ci sont peu à peu devenues presque équivalentes aux collectivités civiques, le christianisme a alors assumé des dimensions collectives. La question du lien éventuel entre le culte, public ou privé, des dieux et des héros, et celui des saints locaux, est débattue depuis l’Antiquité tardive. Les paradigmes religieux païen et chrétien étaient si différents que même des éléments apparemment similaires pouvaient ne pas avoir la même signification. Il faut donc être extrêmement prudent en étudiant leurs permanences, transformations, restructurations, disparitions ou créations. Les auteurs de cet ouvrage ont abordé les aspects religieux collectifs dont les cités étaient le cadre, en insistant sur les évolutions des fonctions religieuses locales communes aux deux systèmes religieux païen et chrétien : la définition du corps social par le culte (les cultes civiques des païens ; la relation des cités à leurs saints locaux par les rites, les monuments, l’iconographie et l’hagiographie chez les chrétiens) et la protection de la vie et de la prospérité des personnes (principalement les fonctions de guérison et de protection individuelle). Ils ont complété ces approches en prenant en compte les variations régionales et chronologiques au sein du monde romain (Asie Mineure, Grèce, Afrique du Nord, Proche-Orient, Italie, Gaule) ainsi que la réflexion sur les saints des nations (Gaule, Arménie). Ils dressent un riche tableau de l’origine du culte des saints dans le monde tardo-antique. (4e de couv.)

Table des matières : cliquez ici

Axe de recherches :

  • Axe 4 : Innovations

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *