mémoires des guerres

Memoire-guerres327CASTAGNEZ Noëlline (dir.),  ALLORANT Pierre (dir.)

Mémoires des guerres : le Centre-Val de Loire, de Jeanne d’Arc à Jean Zay

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2015, 349 p.

Collection Histoire

ISBN 978-2-7535-4204-4

C 1324

Résumé éditeur :

Se souvenir de la guerre permet-il d’en sortir ? La mémoire collective est sélective et toutes les guerres ne laissent pas les mêmes traces. Le Centre-Val de Loire, formé à partir des provinces du Berry, de l’Orléanais et de la Touraine, entretient avec les mémoires des guerres une relation certes singulière, née de sa situation au coeur du domaine royal, mais aussi archétypale. De la Délivrance d’Orléans par Jeanne d’Arc en 1429 aux occupations de 1814-1815, 1870-1871 et 1940-1944, les traces locales de sa mémoire participent à la construction de son identité régionale, tout en ayant des résonances nationales.

Les acteurs régionaux du « devoir de mémoire » y ont combattu pour exhumer des oubliettes des souvenirs longtemps occultés, telle l’existence des camps d’internement du  Loiret. Pour autant, quels « lieux de mémoire » émergent dans la région ? Les monuments aux morts de la Grande Guerre semblent dominer au point que l’on peut s’interroger sur l’effacement de la mémoire de 1870 ou de celle des crimes de guerres de l’été 1944. De même, au côtéde Jeanne d’Arc, instrumentalisée à chaque conflit, il faut attendre 2015 pour que Jean Zay rejoigne au Panthéon le préfet de Chartres, Jean Moulin. et qu’en est-il de la fête johannique du 8 mai à partir de la Victoire de 1945 ? Étudier les usages des mémoires des guerres sur la longue durée, de la guerre de Cent ans à l’Occupation, en passant par les guerres de Religion, éclaire ainsi les crises d’identité qui empoignent la nation française de manière récurrente. Les regards croisés, enfin, de l’anthropologue sur la mémoire des occupants, et du littéraire sur la mémoire immédiate de Charles Péguy, contribuent à une histoire comparée des pratiques mémorielles.
Si la Seconde Guerre mondiale a fait écran en recouvrant la mémoire des occupations précédentes, c’est toute la strate mémorielle accumulée de conflit en conflit que cet ouvrage entend déconstruire.

Pierre Allorant est professeur HDR en Histoire du droit et des institutions à l’université d’Orléan (POLEN EA 4710). Il vient de publier avec Jacques Resal La Grande Guerre à tire d’ailes. Correspondance de deux frères dans l’aviation. 1915-1915 (Encrage, 2014).
Noëlline Castagnez est maître de conférences en Histoire contemporaine à l’université d’Orléans (POLEN EA 4710). Elle vient de diriger avec Gilles Morin, Le Parti socialiste d’Épinay à l’Élisée 1971-1981, (PUR, 2015).
Tous deux ont dirigé avec antoine Prost, Le moment 1940. Effondrement national et réalités locales (L’Harmattan, Cliopolis, 2012).

Axe de recherches

  • Axe 3 : Guerre, sécurité(s), (des)ordre(s) public(s)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *