Le crépuscule de la chevalerie

Crepuscule-chevalerie040LE ROUX Nicolas

Le crépuscule de la chevalerie : noblesse et guerre au siècle de la Renaissance

Seyssel : Champ Vallon, 2015, 409 p.

Collection Époques

ISBN 978-2-87673-901-7

EUR 912

Résumé éditeur :

Charles VIII, Louis XII et François Ier ont rêvé de l’Italie. Ils ont entraîné derrière eux des armées toujours plus nombreuses, dont le noyau était constitué de cavaliers bardés de fer, à l’esprit habité d’aventures et d’exploits comparables à ceux des héros des « vieux romans ». L’imaginaire chevaleresque se nourrissait alors d’une force mobilisatrice puissante. Les rois eux-mêmes ne craignaient pas de porter les armes, au péril de leur vie, ou de leur liberté, au cours d’un combat singulier dans la fureur d’un champ de bataille.
Les guerres d’Italie (1494-1559) constituent ce moment paradoxal d’apogée de l’imaginaire chevaleresque et du déclin de la cavalerie lourde. Car les armes à feu ont transformé la pratique et la culture militaires : avec son arquebuse, un fantassin sans nom pouvait sans peine tuer un grand seigneur. Victorieuse à Fornoue (1495) et Marignan (1515), la chevalerie française fut décimée à Pavie (1525).
Pourtant, la mémoire des chevaliers ne s’est pas éteinte à la fin du « rêve italien ». Le preux Bayard a été célébré comme le modèle de l’homme de guerre vertueux ; réels ou imaginaires, ses exploits ont été chantés pour faire oublier les malheurs et misères de la guerre. Et quelques figures exemplaires ont traversé les siècles, pour ressusciter, parfois, à l’époque contemporaine, afin d’exprimer les valeurs patriotiques et « nationales ».
En croisant de multiples sources (mémoires, correspondances, chroniques, oeuvres de fiction, images), en combinant approches culturelles, sociales et politiques, ce livre propose une analyse neuve de la culture militaire et une approche inédite du monde des gens de guerre au siècle de la Renaissance. (4e de couv.)

Nicolas Le Roux est professeur d’histoire moderne à l’Université Lumières-Lyon 2 et membre du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (UMR 5190). Il a notamment publié Un régicide au nom de Dieu : l’assassinat d’Henri III (Gallimard, 2006), et Le Roi, la cour, l’État (Champ Vallon, 213).

Axe de recherches :

  • Axe 3 : Guerre, Sécurité, (Des)Ordre(s) public(s)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *