Plaques photographiques

fondsphoto1photo2photo3

Historique

En 1909, l’Institut d’Histoire de l’Art de la faculté des Lettres, rue Auguste Angellier, comprenait, outre une salle de cours, une salle de démonstration pour les études d’esthétique expérimentale et de technique et pour les exercices pratiques d’art, une galerie d’exposition, un musée (moulages), un atelier de photographie pour les agrandissements, pour la confection des dispositifs sur verre.
Ce fonds photographique très riche composé de plaques de verre et de reproductions concernait l’histoire, l’histoire de l’art et l’archéologie et la plupart des documents date d’avant 1920.
Lors du déménagement de 1975, le musée a été démantelé et les documents photographiques (plaques de verre et reproductions papier) ont été sauvés de la destruction grâce à la vigilance de M. Roger Hanoune et Mme Lussien-Maisonneuve. Ils sont restés longtemps stockés tant bien que mal en bas d’un amphi et laissés à l’abandon.

La collection est aujourd’hui conservée dans un local spécifique.
Elle est constituée de 121 tiroirs contenant environ 15 972 plaques de verres, d’environ 10 000 photographies de formats divers collées sur cartons.
Quelques sondages, réalisés dans ces documents, par les laboratoires de recherche IRHiS et HALMA ont fait apparaître un grand nombre de documents très intéressants pour nos laboratoires :

o Le site de l’Acropole à Athènes avant 1920
o Les sites de Délos, Égine, Olympie, Paestum, Épidaure…
o Des églises, maisons, monuments de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie (Lille, Saint-Omer, Coucy, Amiens…)
o Des tableaux de l’École flamande, néerlandaise…

Cependant, pour rendre accessible aux chercheurs cette documentation photographique, il faut passer par des travaux préalables de nettoyage, sauvegarde, classement… C’est pourquoi nos deux laboratoires se sont unis pour mettre en valeur ce patrimoine commun.

Sauvetage de la collection

1. Nettoyage
La première phase a été nécessairement le nettoyage. Ces documents sont restés, plusieurs années, entassés dans des conditions déplorables et sans protection. Les plaques sont recouvertes d’une épaisse couche de poussière plus ou moins grasse. Les reproductions papier sont sensiblement dans le même état et ont en outre souffert d’humidité.

2. Inventaire et premier classement
Après le nettoyage, un inventaire et un premier tri ont été effectués. Celui-ci peut être relativement simplifié, car les plaques et une grande partie des reproductions ont gardé les étiquettes de référencement. Il s’agissait de faire un premier tri par type de documents (peinture, sculpture, archéologie, monument, objets divers…).

3. Numérisation partielle
Dans l’état actuel, il est utopique de songer à une numérisation totale de ce fonds. Par contre, les deux laboratoires IRHiS et HALMA souhaitaient numériser les documents les concernant plus directement (photos de site archéologiques, photos régionales…).

4. Indexation des documents numérisés
À ce stade de l’opération, nous envisageons la participation des chercheurs, des enseignants chercheurs, des ITA des deux laboratoires. Ils épauleraient un vacataire.
Ce projet a un intérêt scientifique certain :

o par la sauvegarde d’un patrimoine universitaire ancien important
o par la mise en valeur d’un certain nombre de ces documents
o par la mise à disposition aux chercheurs de ces documents

Il devrait être prolongé pour permettre de rendre tout le fonds accessible sous forme numérique. Il restera encore beaucoup de travail à faire sur le fonds concernant l’histoire de l’art, iI comporte de nombreuses photographies sur l’architecture et la peinture françaises, mais aussi étrangère (Italie, Espagne…)
C’est une partie de ce fonds qui nous a permis de réaliser l’exposition La photographie au service des SHS : de la plaque photographique au CD-ROM, du 10 au 15 octobre 2005

expoVisite virtuelle de l’inauguration de l’exposition


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *